La rhinoplastie pour les nez gros ou larges

par | 17 août 2022 | Chirurgie du visage, rhinoplastie

Même si les visages masculins s’accommodent mieux d’un nez fort que les visages féminins, un nez jugé trop gros ou trop large reste un motif fréquent d’insatisfaction pour de nombreux hommes.

Le recours à la rhinoplastie est donc de plus en plus fréquent. Elle nécessite une préparation soigneuse pour bien définir l’étendue des corrections à apporter et la technique opératoire à utiliser.

 

Zoom sur les nez trop larges, trop gros, trop épais

 

Les visages masculins sont généralement plus massifs que les visages féminins. Un nez épais, large ou gros ne cause généralement pas de complexes particuliers. Pendant longtemps, les interventions chirurgicales sur le nez étaient surtout motivées, chez les hommes, par des problèmes physiques associés, comme des difficultés respiratoires.

Mais les standards de virilité ont évolué et aujourd’hui, beaucoup d’hommes ayant un « gros nez » souffrent d’un complexe et souhaitent l’affiner. Il en va de même quand l’apparence inesthétique du nez résulte d’un traumatisme ou d’une pathologie qui en a modifié l’aspect.

Mais quand ils recourent à la chirurgie, les hommes souhaitent un résultat naturel, qui ne modifie pas leur visage de manière trop importante et préserve leur masculinité. La consultation préopératoire est donc particulièrement importante. Le chirurgien va définir très précisément, avec le patient, la forme future du nez en prenant en compte un ensemble d’éléments pour préserver l’harmonie générale du visage. En effet, la perception d’un nez trop gros peut simplement résulter d’un déséquilibre avec une autre zone du visage : le menton, le front, la bouche, etc.

A ce stade, des simulations en trois dimensions sont particulièrement utiles pour juger de l’effet à attendre.

 

Quelle rhinoplastie et quels résultats ?

 

Les techniques varient en fonction de la correction envisagée.

  • Pour une pointe du nez trop massive : le chirurgien pratique des incisions dans les narines pour atteindre le cartilage, le remodeler et en affiner la pointe.
  • Pour une bosse proéminente sur le dos du nez, deux techniques sont possibles. La première, qui est la plus ancienne, consiste à casser les os pour éliminer la bosse. La seconde, plus récente du fait du développement de la 3D, permet d’intervenir plutôt sur la cloison nasale sous la bosse pour ensuite la « pousser » vers le bas et ainsi l’atténuer. Cette seconde méthode donne généralement des résultats plus naturels et plus durables.
  • En cas de troubles respiratoires associés, l’intervention peut aussi viser à redresser la cloison nasale.

 

Les suites de ces interventions sont généralement marquées par :

  • des ecchymoses, qui peuvent parfois s’étendre jusque sur les paupières ;
  • une diminution temporaire de la sensibilité nasale ;
  • un gonflement ;
  • des douleurs modérées qui cèdent facilement avec des antalgiques.

 

De nouvelles techniques permettent aujourd’hui de couper l’os par ultrasons, ce qui présente l’avantage de limiter les œdèmes et les ecchymoses.

Les résultats de la rhinoplastie sont visibles dès le premier mois post-opératoire, mais les résultats définitifs ne sont observables qu’au bout d’un an ou dix-huit mois.

Qu'avez-vous pensé de cette page ? Notez-la

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 2

Pas encore de note, notez en premier !

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?

Prendre RDV avec un chirurgien spécialiste à Paris

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *