Prothèses mammaires à Paris

L’augmentation mammaire par prothèse en silicone est une opération chirurgicale destinée aux patientes présentant une hypotrophie mammaire (poitrine de petite taille par rapport à la morphologie), ou désirant un décolleté plus joli et rempli, un aspect plus jeune de la poitrine après une grossesse ou une perte de poids. Parfois une gêne psychologique est présente et la patiente peut demander une prise en charge par la sécurité sociale. 

E

Prothèses mammaire : indications

L’augmentation mammaire a pour objectif l’augmentation des seins, qui parfois se présentent vides ou de petites tailles.

Souvent, la patiente demande à avoir un décolleté, parce que suite à la grossesse ou à la perte du poids elle se retrouve sans le volume de sa jeunesse. Au contraire, une jeune patiente sans poitrine peut avoir la possibilité de s’habiller de façon plus « femme », et finalement d’avoir un aspect plus féminin.

E

Préparation à une augmentation mammaire par implant mammaire

Déroulement de la première consultation

 La consultation comprend un échange pour déterminer les motivations de la patiente ainsi que le résultat souhaité. Ainsi, plusieurs points sont discutés comme la taille de poitrine, la forme, l’aspect de la peau, et l’état des mamelons. Par ailleurs, la patiente pourra essayer différentes tailles des prothèses dans le but de s’accorder avec le chirurgien sur les attentes de l’opération et de mieux visualiser le résultat final (prothèses mammaires avant – après), qui sera plus ou moins naturel selon les cas.

 

Ainsi le choix de la prothèse, sa forme et taille seront choisis ensemble.

Grâce au logiciel VECTRA, le Dr Loreto sera en condition de réaliser une simulation en 3D, afin de montrer à la patiente le résultat de la taille souhaitée.

 

Recommandations préopératoires

Suite à la consultation, le chirurgien décide du type d’intervention nécessaire : Il établit une stratégie opératoire complète selon l’état initial de la poitrine de la patiente (forme des seins, du thorax, taille de poitrine, corpulence) et le résultat recherché. La patiente sera également informée des détails comme le type d’implant utilisé (prothèse mammaire ronde ou anatomique), le positionnement de celui-ci (devant ou derrière le muscle), ou encore la position des futures cicatrices (axillaires, sous-mammaires, ou péri-aérolaires).

 

Pour ce qui concerne les prothèses mammaires il est intéressant de faire un petit point depuis les derniers temps : tous les implants sont en silicone. Les implants remplis de sérum physiologique ont une enveloppe de silicone, donc ça revient au même que les implants remplis en silicone.

Il n’est pas vrai qu’il faut changer les implants tous les dix ans. Il n’existe pas de date d’expiration et les patients peuvent les garder 30 ans comme 5 ans. Seule l’imagerie médicale (échographie, mammographie et la résonance magnétique) pourra nous dire si l’implant est en bon état ou s’il faut procéder à son remplacement.

 

La consultation avec l’anesthésiste sera faite au moins 48h avant l’intervention.

Une échographie mammaire ou mammographie sera effectuée afin d’avoir un cliché mammaire avant l’intervention.

E

Augmentation mammaire prothèses : opération

Déroulement de l’intervention d’augmentation mammaire par implant mammaire

 

Chaque chirurgien a ses propres techniques et adapte sa procédure selon la morphologie et les souhaits des patientes. Cependant, certains gestes sont communs.

 

Les incisions cutanées :

  • Incision péri-aréolaire : au niveau de la circonférence inférieure de l’aréole, très peu visible.
  • Incision sous-mammaire : au niveau du sillon mammaire ; très peu visible.
  • Incision axillaire : loin de la poitrine, difficilement visible.

 Le positionnement de l’implant : Selon la morphologie, l’état et l’épaisseur de la peau, ainsi que les souhaits de la patiente, l’implant pourra être placé devant ou derrière le muscle grand pectoral (le choix aura été fait en consultation).

Dans certains cas, la ptose mammaire est si importante que le chirurgien sera obligé d’effectuer une mastopexie (procédure établie et expliquée à la patiente pendant la première consultation). Dans ce cas, les cicatrices seront plus importantes, avec un aspect rond au niveau de l’aréole ou une verticale au niveau de la partie inférieure du sein. Parfois, lorsque le saignement intra-opératoire est important, des drains sont employés pour retirer l’excès de sang.

L’opération est souvent réalisée sous anesthésie générale (selon le positionnement final de l’implant) et en ambulatoire (sortie le jour même).

 

Douleurs liées à l’augmentation mammaire par prothèses

 

La douleur sera importante dans les débuts postopératoires, d’autant plus si la taille de la poitrine finale choisie est grande. Souvent, les patientes parlent d’une sensation de lourdeur sur le sterne. Les médicaments permettent alors d’apaiser ces douleurs postopératoires.

 

Durée de l’opération d’augmentation mammaire par prothèses

L’intervention dure typiquement entre 1h et 1h30 selon les cas.

E

Implants mammaires : suites opératoires

Durée d’hospitalisation

Suite à la pose d’un implant mammaire, la patiente pourra rentrer chez elle au bout de quelques heures. Dans certains cas, elle restera une nuit à la clinique.

 

Douleurs post-opératoires éventuelles

 Pendant la semaine suivant l’opération, la patiente peut constater une sensation de lourdeur au niveau du sterne. Les médicaments prescrits permettent alors d’apaiser cette douleur.

 

Cicatrices éventuelles

Dans la majorité des cas, les cicatrices sont négligeables. La patiente veillera néanmoins à limiter l’exposition au soleil pendant l’année suivant l’opération, ou à utiliser une protection solaire pour faciliter la cicatrisation.

 

Les différentes étapes

Il est primordial que la patiente, à la sortie de la clinique le jour de l’intervention, soit raccompagnée par quelqu’un, que ce soit en véhicule personnel ou en taxi (transports en commun non recommandés après une telle opération).

 

A la maison

Se reposer et éviter tout effort durant les premiers jours postopératoires. Les activités quotidiennes doivent être reprises progressivement. Par exemple, la reprise de la conduite et du travail pourra éventuellement être possible au bout d’une semaine.

  • Prendre des douches tièdes de 10 minutes maximum (bains non recommandés). Ne pas retirer les Stéristrips, et ne pas frotter les cicatrices.
  • Prendre les médicaments antibiotiques et les suppléments. Les analgésiques et les relaxants musculaires sont à prendre uniquement en cas de besoin.
  • Porter le soutien-gorge 24h/24h.
  • Marcher tous les jours. Néanmoins, tout autre effort physique est déconseillé.
  • Garder une alimentation saine. Ne pas fumer et ne pas consommer d’alcool.

 

Une à quatre semaines après la chirurgie

Même si les activités quotidiennes sont reprises, il est essentiel pour la patiente de continuer les soins jusqu’à cicatrisation complète.

  • Éviter le sport : tennis, golf, softball, etc. Éviter tout mouvement de torsion, de soulèvement, et les sauts.
  • Porter un soutien-gorge de compression approprié. Celui fourni suite à l’acte chirurgical peut paraître un peu large ; dans ce cas, la patiente pourra s’en procurer un autre. Le soutien-gorge ne doit pas contenir de fil de fer pendant les 6 premières semaines. La nuit, la patiente pourra retirer le soutien-gorge mais devra alors utiliser une camisole avec un soutien de conservation intégré.
  • Limiter l’exposition de la poitrine au soleil. Le cas échéant, appliquer une bonne protection solaire (au moins un FPS 30) au moins 30 minutes avant exposition.

 

Les œdèmes (gonflements) et les ecchymoses (bleus) sont des réactions postopératoires normales qui disparaissent rapidement.

E

Informations complémentaires sur l’augmentation mammaire par prothèses

Risques et complications

En ce qui concerne le geste chirurgical et le positionnement d’un implant, la patiente doit être informée des éventuelles complications :

 

  • Hématome : La présence importante de sang dans la loge de la prothèse obligera le chirurgien à réaliser une seconde intervention afin d’évacuer l’hématome.
  • Anomalies de cicatrisation : Le processus de cicatrisation n’est pas complètement connu et est multifactoriel. Les cicatrices peuvent alors être élargies, rétractiles, adhérentes, hyper ou hypopigmentées, hypertrophiques, ou chéloîdienne.
  • Coques : Dans 2 à 3% des cas, la patiente peut présenter un durcissement du sein, parfois accompagné d’une douleur. En effet, une incompatibilité de l’implant peut engendrer une réaction inflammatoire et la formation d’une capsule pathologique autour de l’implant. Dans un premier temps, des médicaments et des séances de kinésithérapie sont prescrits. Si la douleur persiste, le chirurgien procèdera à l’ablation de la coque. Dans certains cas, en particulier en cas de récidive, il sera possible d’opter pour des implants en polyuréthane, qui permettront d’éviter la coque pendant au moins 25 ans.
  • Rupture : Les accidents à fort impact (sports de combat, accidents de voiture…) peuvent entraîner une rupture de l’implant, avec un risque de siliconome (présence de silicone dans le tissu). L’implant devra alors être remplacé lors d’une seconde intervention.
  • Sérome tardif (après un an) : Dans de très rares cas, une accumulation liquidienne peut survenir autour de la prothèse. Un tel épanchement tardif, a fortiori s’il est associé à d’autres anomalies cliniques du sein, impose de faire réaliser un bilan sénologique auprès d’un radiologue spécialisé. Il s’agit de réaliser une ponction sous échographie. En cas de masse mammaire ou d’épanchement récidivant, l’équipe médicale procèdera à l’analyse de la capsule péri-prothétique afin d’éliminer l’hypothèse d’un Lymphome Anaplasique à Grandes Cellules associé aux implants mammaires ou LAGC-AIM (cas exceptionnel).

 

Prothèses mammaires : prix et prise en charge par l’assurance maladie

L’intervention peut être prise en charge dans le cas où le médecin de l’assurance maladie déclare une importante asymétrie des seins alors dans le cas où la patiente présente initialement un bonnet inférieur à A.

 

Arrêt de travail

Selon les exigences personnelles et le type de travail exercé, une à deux semaines d’arrêt seront suffisantes.

 

Autres questions fréquentes

La reprise du sport est envisageable au bout d’un mois.

L’allaitement est tout à fait possible avec des implants mammaires.

Une mammographie est conseillée tous les deux ans.

En cas de doute, l’IRM ( résonance magnétique ) pourra établir la présence ou non d’une complication.

Photos prothèses mammaires avant-après

Le Docteur Loreto vous présente quelques photos avant-après des interventions réalisées en augmentation mammaire pour visualiser l’incidence de la chirurgie.

Docteur Federico Loreto

Le Docteur Loreto est spécialiste de la chirurgie du sein, et particulièrement de la chirurgie d’augmentation mammaire par prothèses mammaires, à Paris.

Il vous accueille au sein de son cabinet dans le 16ème arrondissement de Paris pour établir avec vous un protocole de soins qui correspondra à votre morphologie et vos souhaits.

Vous souhaitez obtenir un avis ou des renseignements complémentaires, n’hésitez pas à le contacter par mail.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Notez-la

Note moyenne 4.5 / 5. Nombre de votes : 10

Pas encore de note, notez en premier !

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?

Une question sur l’augmentation mammaire ? Le Docteur vous répond.

Ici, vous pouvez poser votre question directement au Docteur Loreto, il vous répondra dans les meilleurs délais.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *