hypoplasie mammaire paris augmentation seins paris augmentation mammaire chirurgie esthetique paris chirurgien esthetique paris dr federico loreto

Augmentation mammaire à Paris

Définition de l’augmentation mammaire

L’augmentation mammaire est effectuée lorsque la patiente présente une petite taille des seins (hypotrophie mammaire) par rapport à sa morphologie ou qu’elle désire agrandir sa poitrine afin de rajeunir ou de combler le décolleté.

Dans quel cas a-t-on recours à une augmentation mammaire ?

L’augmentation mammaire permet de donner une plus belle silhouette au corps, de faire remonter les seins et de changer la taille de soutien-gorge.

Préparation à une augmentation mammaire

Déroulement de la (des) première(s) consultation(s) d’augmentation mammaire

Pendant la consultation, la patiente donne son point de vue sur ses seins : la taille, la forme, l’aspect de la peau et des mamelons. Le chirurgien cherche de comprendre les motivations qui ont poussées la patiente à prendre cette décision (retentissement psychologique dû à la taille de la poitrine) et de bien interpréter le désir de la patiente, surtout concernant l’aspect du nouveau sein. Dans ce cas, la patiente pourra essayer des soutiens gorges afin de vérifier l’effet que fera la taille des nouveaux seins sur son corps et donc d’établir le résultat plus ou moins naturel pour elle.

 

Recommandations pré-opératoires de l’augmentation mammaire

Suite à la consultation avec le chirurgien, la patiente sera informée sur le type d’intervention (implant mammaire ou lipostructure), les cicatrices nécessaires (axillaire, sous mammaire ou periaréolaire), le type d’implant (rond ou anatomique) et son positionnement (devant ou derrière le muscle).

Donc selon l’aspect et la morphologie de la patiente (forme des seins, du thorax, la taille et la corpulence) le chirurgien aura choisi une stratégie opératoire afin d’obtenir le résultat recherché.

La consultation avec l’anesthésiste sera faite au moins 48h avant l’intervention.

Une échographie mammaire ou mammographie sera effectuée afin d’avoir un cliché mammaire avant l’intervention.

L’opération de l’augmentation mammaire

Déroulement de l’intervention d’augmentation mammaire

Chaque chirurgien a ses propres techniques et change la procédure selon les patientes à opérer et leur demande. Nous pouvons quand même tracer un parcours commun à tous.

Les incisions cutanées :

  • incision periaréolaire : au niveau de la circonférence inférieure de l’aréole, très peu visible.
  • incision sous mammaire : elle sera placée au niveau du sillon mammaire. Très peu visible.
  • incision axillaire: loin de la poitrine, difficilement visible.Le positionnement de l’implant : selon la structure de la patiente, la qualité de sa peau, l’épaisseur de sa peau et ses exigences, l’implant pourra être placé devant ou derrière le muscle grand pectoral (le choix aura été fait en consultation).

 

Dans certains cas, la ptose mammaire est si important que le chirurgien sera obligé d’effectuer une mastopexie : procédure établie et expliquée à la patiente pendant la première consultation. En conséquence, les cicatrices seront plus importantes avec un aspect rond au niveau de l’aréole ou une verticale au niveau de la partie inférieure du sein.

Parfois si le saignement intra-opératoire est important, il est possible de positionner des drains afin de faire sortir le sang recueilli. En tout cas, la patiente pourra sortir le jour même si prévu pendant la consultation.

Le type d’anesthésie est souvent générale (dépendant aussi du positionnement de l’implant prévu) et la patiente pourra quand même sortir le jour même (intervention ambulatoire).

 

Douleurs liées à l’augmentation mammaire

La douleur sera importante au début, surtout si la taille choisi sera importante. Souvent, les patientes parlent d’une sensation de poids sur le sterne. En tout cas, les médicaments permettront de bien vivre ce moment postopératoire.

 

Durée de l’opération d’augmentation mammaire

L’intervention est souvent d’une heure, une heure et demie selon les cas.

Suites opératoires d’une augmentation mammaire

Durée d’hospitalisation

La patiente opérée par implant mammaire pourra rester une nuit à la clinique, si elle habite loin et que cela nécessite de faire un long trajet en voiture pour rentrer. Elle pourra aussi dormir chez elle après quelques heures passés à la clinique.

 

Douleurs post-opératoires éventuelles

Pendant la semaine post-opératoire, la patiente a une sensation de poids sur le sterne, les médicaments prescrits permettront de contrôler cette douleur.

 

Cicatrices éventuelles

Les cicatrices sont souvent négligeables, le plus important sera de les protéger pendant un an du soleil. Il est donc important d’appliquer un écran solaire.

 

Les différentes étapes

Vous ne devez pas partir seul(e), une personne doit vous raccompagner, de préférence en véhicule personnel ou en taxi (évitez les transports en commun).

 

A la maison

Reposez-vous, ne faites pas trop d’efforts les premiers jours.

Chaque jour est une progression dans votre guérison. Vous pouvez reprendre vos activités quotidiennes petit à petit. Vous recevrez l’autorisation ou pas de conduire ou de retourner au travail après une semaine.

  • Prenez une douche pas très chaude. Ne pas prendre de bain. Limitez votre douche de 10 minutes. Ne retirez pas les Stéristrips. Ne frottez pas vos incisions.
  • Prenez les médicaments antibiotiques et les suppléments. Prenez des analgésiques  et des relaxants musculaires au besoin seulement.
  • Portez votre soutien-gorge 24h/24h.
  • Ne pas reprendre tout autre exercice que la marche ordinaire. La marche est essentielle tous les jours pour éviter la formation de caillots sanguins.
  • Ayez une alimentation saine. Ne pas fumer. Ne pas consommer de l’alcool.

 

Une à quatre semaines après la chirurgie

Comme vous pouvez reprendre vos activités quotidiennes normales, vous devez continuer les soins et la guérison.

  • S’abstenir de sport, de torsion ou de soulever n’importe quoi au-dessus de votre tête. Pas de tennis, golf, softball ou d’autres sports avec des mouvements similaires à battants. Évitez les exercices aérobics qui peuvent causer beaucoup de saut.
  • Continuer à porter un soutien-gorge de compression approprié. Le soutien-gorge vous deviez  porter au début après une intervention chirurgicale peut paraitre plus large. Vous pouvez le remplacer, mais le soutien ne doit pas avoir de fil de fer. Vous devriez portez des soutien-gorge sans fil de fer pendant 6 semaines. Vous pouvez dormir sans soutien- gorge, mais une camisole avec un soutien de conservation intégré peut être plus confortable et fournir un soutien supplémentaire pour que vous continuiez à bien guérir.
  • N’exposez pas vos seins au soleil directement. Appliquer une bonne protection solaire si vous êtes à l’extérieur, appliquer au moins un FPS 30 à la région de la poitrine au moins 30 minutes avant l’exposition solaire. Votre région de la poitrine et la peau du sein sont très sensibles aux coups de soleil ou de la formation de la migration irrégulière, la pigmentation sombre.

Ne vous inquiétez pas des oedèmes et des ecchymoses (bleus), ils disparaissent assez rapidement.

Informations complémentaires sur l’augmentation mammaire

Complications éventuelles

En ce qui concerne le geste chirurgical et le positionnement d’un implant, plusieurs complications pourront s’envisager :

 

infection : plutôt rare, si la thérapie ne sera pas suffisante, l’ablation de l’implant, provisoire pendant 6 mois, sera obligatoire.

hématome : la présence importante de sang dans la loge de la prothèse obligera le chirurgien à réintervenir afin d’évacuer l’hématome. Le risque sera lié 24-48h après l’intervention.

épanchement : les premiers mois il peut y avoir un grossissement du sein dû à la présence du liquide lymphatique. Avec une thérapie anti-inflammatoire, il disparaît progressivement.

nécrose cutanée : dans certains cas (chez les fumeuses par exemple), il y la possibilité d’avoir une nécrose cutanée avec conséquente morte de la peau. La possible exposition de l’implant obligera le chirurgien à intervenir avec possible ablation temporaire de l’implant.

anomalies de cicatrisation : le processus de cicatrisation n’est pas complètement connu et est multifactoriel. Parfois, l’aspect de la cicatrice peut être altéré : élargies, rétractiles, adhérentes, hyper ou hypopigmentées, hypertrophiques ou chéloîdienne.

altération de la sensibilité : temporaire la plupart du temps. Certaines patientes parlent d’une véritable réduction au niveau du mamelon.

galactorrhée/épanchements lactés : parfois, la patiente présente une sécrétion de lait au niveau du mamelon.

pneumothorax : rare, la patiente sera traitée pour cette complication par une équipe de chirurgiens thoraciques.

Risques liés aux implants : tous les risques liés à l’implant portent souvent à changer d’implant. Il est primordial de faire comprendre à la patiente que l’implant durera difficilement toute sa vie. Tôt ou tard, la patiente les devra changer.

Rippling ou présence des vagues : dû à la souplesse de l’implant, la présence d’une peau fine ou de mauvaise qualité pourra montrer des vagues sous la peau. Ce sont les plis de la prothèse.

Coques : dans 2 à 3% des cas, la patiente peut présenter un durcissement du sein, parfois avec douleur. La réaction de l’organisme à l’implant peut porter à une réaction inflammatoire et à la formation d’une capsule pathologique autour de l’implant. La patiente sentira le sein dur et parfois douloureux. Après un traitement avec des médicaments et de massage effectué par des kinesithérapeutes specialisés, si la douleur persiste l’intervention avec ablation de la coque permettra de repartir du principe. Dans certains cas, surtout sur des sujets qui ont déjà vécu cela, il sera possible de positionner des implants en polyuréthane, qui permettront d’éviter la coque pendant au moins 25 ans.

Rupture : avec le temps, suite à des accidents à fort impact (sport de combat ou accident de voiture), la rupture de l’implant est envisageable. Aucun risque particulier, sauf le siliconome (présence du silicon dans le tissue). La patiente devra effectuer une intervention pour remplacer l’implant.

Malposition, déplacement : dans certains cas, surtout avec les implants anatomiques, la forme du sein peut changer avec le déplacement de la prothèse : une correction chirurgicale sera nécessaire.

Sérome tardif (après un an) : Dans de très rares cas, une accumulation liquidienne peut survenir tardivement autour de la prothèse. Un tel épanchement tardif, a fortiori s’il est associé à d’autres anomalies cliniques du sein, impose de faire réaliser un bilan sénologique auprès d’un radiologue spécialisé pour réaliser une ponction sous échographie à fin d’analyses. En cas de masse mammaire ou d’épanchement récidivant, une exploration chirurgicale permettra une analyse de la capsule péri-prothétique afin d’éliminer un très exceptionnel Lymphome Anaplasique à Grandes Cellules associé aux implants mammaires (LAGC-AIM).

 

Prise en charge éventuelle par l’assurance maladie

Si le bonnet est inférieur à un bonnet A, si la forme du sein ou son asymétrie est jugée importante par le médecin conseil de l’assurance maladie, l’intervention pourra être prise en charge.

 

Arrêt de travail éventuel

Selon les exigences personnelles et le travail, une à deux semaines seront suffisantes pour reprendre une vie sociale normale.

 

Autres questions fréquentes

Le sport sera arrêté pendant 1 mois.

L’allaitement est tout à fait possible avec des implants mammaires.

Une mammographie est conseillée tous les deux ans.

En cas de doute, l’IRM pourra établir la présence d’une complication.

Vous souhaitez bénéficier d’une augmentation mammaire à Paris ?

Prendre RDV avec le Dr Loreto

Augmentation mammaire : autres chirurgies des seins à Paris