gynecomastie mammaire paris gynecomastie des seins chirurgie esthetique paris gynecomastie chirurgien esthetique paris operation seins homme dr federico loreto

Gynécomastie : chirurgie des seins pour homme à Paris

Définition de la gynécomastie

L’homme peut présenter une glande mammaire au niveau de la poitrine, unilatérale ou bilatérale, avec un aspect esthétique disgracieux. Parfois le volume de la poitrine est augmenté pas seulement par la présence de la glande mammaire (gynécomastie vraie) mais aussi par une couche de graisse plus ou moins importante (gynécomastie fausse).

Dans quels cas avoir recours à une gynécomastie, quels en sont ses objectifs ?

La cause de cette augmentation de la poitrine chez l’homme est souvent idiopathique (sans cause) et se manifeste pendant l’adolescence.
Dans certains cas la présence d’une gynécomastie peut être liée à des problèmes hormonaux, ou à un cancer hormonal (testiculaire ou hypophysaire).
Dans tous les cas, le but de la chirurgie est de réduire le volume de la poitrine et dans les cas les plus importants, de réduire l’excédent de peau.

1. La liposuccion est suffisante dans la majorité de cas. Souvent, le patient a un excès de graisse lié à la croissance. Si la glande mammaire a des dimensions importantes, il faut faire une cicatrice pour l’ablation de la glande.

2. Parfois, l’excès cutané est important, et donc, le chirurgien doit faire une cicatrice plus ou moins importante pour redraper la peau.

Préparation à une gynécomastie

Déroulement de la (des) première(s) consultation(s)

Il est primordial d’établir la cause de la gynécomastie. Donc, le chirurgien demande un bilan sanguin, afin d’évaluer les niveaux hormonaux, et une échographie, pour évaluer la présence de glande mammaire ainsi que la quantité de graisse existante.
Si la taille de la glande est petite et le volume de la poitrine plus lié à la présence de la graisse, une liposuccion sera suffisante pour traiter la fausse gynécomastie. Si au contraire la quantité de glande mammaire est importante il sera nécessaire une incision autour de l’aréole afin d’enlever la glande.

 

Recommandations pré-opératoires de la gynécomastie

La consultation avec l’anesthésiste est obligatoire. La suspension de l’aspirine au moins dix jours avant est conseillée.

L’intervention de la gynécomastie

Déroulement de l’intervention de gynécomastie

Dans la majorité de cas, une liposuccion est suffisante afin d’éliminer pour toujours le volume de la poitrine. Si la composante glandulaire est importante, le chirurgien doit retirer l’excès grâce à une incision le long de l’aréole.
Si le patient a une poitrine importante avec un excès cutané (patient avec grosse perte de poids), le chirurgien effectuera des cicatrices verticales ou en T selon le besoin.

 

Douleurs liées à la gynécomastie

L’intervention n’est pas douloureuse.

 

Durée de la gynécomastie

Entre 1h30 et 2h.

Suites opératoires d’une gynécomastie

Durée d’hospitalisation pour une gynécomastie

L’intervention peut être réalisée en ambulatoire, parfois une ou deux nuits peuvent être nécessaires.

 

Douleurs post-opératoires éventuelles

La thérapie antalgique sera suffisante pour contrôler la douleur.

 

Cicatrices éventuelles d’une gynécomastie

Pour la plupart des interventions, la cicatrice est négligeable parce que la liposuccion est suffisante. Si le chirurgien doit effectuer un redrapage de la peau les cicatrices seront plus visibles.

 

Les différentes étapes de la gynécomastie

La liposuccion est associée dans tous les cas, donc le patient présentera pendant une semaine-dix jours des œdèmes et des ecchymoses. Il est conseillé de porter un gilet adhérent pendant 1 mois. Si le chirurgien a effectué une simple liposuccion, la reprise des activités sera rapide. Au contraire si le chirurgien a dû effectuer des cicatrices pour l’ablation glandulaire et le redrapage de la peau, il est conseillé de ne pas mettre en tension la poitrine, d’éviter le sport pendant deux mois et de tenir sous contrôle la cicatrisation.

 

Conseils post-opératoires et contre-indications

Afin d’avoir la meilleure cicatrisation possible, il est important d’arrêter la cigarette, éviter le sport et tenir sous contrôle l’évolution cicatricielle.

Informations complémentaires sur la gynécomastie

Complications éventuelles

 

En ce qui concerne le geste chirurgical, en choisissant un Chirurgien Plasticien qualifié et compétent, formé à ce type d’intervention, vous limitez au maximum ces risques, sans toutefois les supprimer complètement.

En pratique, la grande majorité des cures de gynécomasties réalisées dans les règles se passe sans aucun problème. Les suites opératoires sont simples et les patients sont pleinement satisfaits de leur résultat. Pourtant, parfois, des complications peuvent malgré tout survenir :

Saignement postopératoire et hématome : un saignement peut survenir dans les heures qui suivent l’intervention. S’il est important, il se traduira par un gonflement et une tension douloureuse (hématome) et nécessitera un geste d’évacuation.

Phlébite et embolie pulmonaire : la reprise d’une marche très précoce permet de minimiser ce risque.

Épanchement séreux : une accumulation de liquide lymphatique au niveau de la zone de mastectomie est parfois observée. On parle aussi de lymphocèle ou de sérome. Il peut nécessiter une ou plusieurs ponctions afin de l’évacuer.

Infection postopératoire : elle peut se déclarer dans les jours qui suivent l’opération et se traduit par une fièvre, parfois supérieure à 39°C. La zone opérée est alors gonflée et rouge, douloureuse. Un traitement antibiotique peut suffire, mais souvent un geste chirurgical de drainage est nécessaire.

Nécrose cutanée : la peau a besoin d’une bonne alimentation vasculaire (apport en oxygène) pour vivre. Si la vascularisation est insuffisante ou de mauvaise qualité (traction importante, hématome, infection, tabagisme…), peut survenir une nécrose cutanée. Elle sera traitée par des soins et des pansements adaptés. La cicatrisation sera obtenue mais avec un certain retard.

Cicatrices anormales : le chirurgien fait de son mieux pour faire de belles sutures ; cependant, la cicatrisation est un phénomène aléatoire et il arrive parfois que les cicatrices ne soient pas aussi discrètes que voulues. Chez une même personne, selon les régions du corps, la cicatrisation peut être différente. Ainsi, l’évolution des cicatrices peut être défavorable avec la survenue de cicatrices hypertrophiques, voire chéloïdes, d’apparition et dévolution imprévisibles, qui peuvent compromettre l’aspect esthétique du résultat et requièrent des traitements locaux spécifiques souvent longs.

Troubles de la sensibilité cutanée : une altération de la sensibilité cutanée est fréquente les premiers mois puis s’estompe avant un retour à la normale. Rarement, peuvent apparaître de mauvaises informations sensitives avec exagération de la sensibilité ; ces cas particuliers nécessitent un traitement spécifique. Comme nous l’avons vu précédemment, lorsque le chirurgien est amené à greffer la plaque aréolo-mamelonnaire, celle-ci peut rester définitivement insensible.
Au total, il ne faut pas surévaluer les risques, mais simplement prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas.
Le recours à un Chirurgien Plasticien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requises pour savoir éviter ces complications ou les traiter efficacement le cas échéant.

 

Prise en charge éventuelle par l’assurance maladie

En présence d’une gynécomastie vraie avec un déséquilibre hormonal, une prise en charge par l’assurance maladie sera possible.

 

Arrêt de travail éventuel

1 à 2 semaines sont possibles selon l’activité demandée.

 

Autres questions fréquentes

Comment tombent les fils ? Les fils des sutures tombent seuls.
Comment évoluent les cicatrices ? La visibilité des cicatrices s’améliorera avec le temps (jusqu’à deux ans).

Vous souhaitez bénéficier d’une gynécomastie à Paris ?

Prendre RDV avec le Dr Loreto

Gynécomastie : autres chirurgies des seins à Paris