chirurgie des bras paris brachioplastie chirurgie esthetique paris lifting bras chirurgien esthetique paris dr federico loreto

Brachioplastie : chirurgie des bras à Paris

Définition de la brachioplastie

La prise de poids importante oblige avec le temps les personnes à perdre du poids. Heureusement, avec un peu d’effort, les patients arrivent à reprendre un poids normal.
Le problème est que le résultat esthétique de l’amaigrissement n’est pas beau et le patient qui a grossi en paie les conséquences pour toujours.
Une des conséquences est l’excès de peau au niveau de bras parfois accompagné par un excès de graisse localisé. Le patient est très demandeur pour une intervention, soit pour des raisons esthétiques soit pour le frottement gênant de la peau.
La plastie de bras ou lifting des bras permet d’éliminer cette condition souvent avec un très bon résultat esthétique.
Dans certain cas l’excès cutané est une condition non liée à la prise de poids et liée plus à la qualité des tissus. Dans ce cas l’assurance maladie ne prend pas en charge l’intervention.

Dans quel cas a-t-on recours à une chirurgie des bras ?

L’association entre la lipoaspiration et le lifting cutané permet souvent de bien corriger l’excès cutané et de graisse avec un bon résultat esthétique au niveau de l’intérieur des bras.
Les patients ne sont pas forcément fort de poids, souvent c’est le contraire mais ils présentent un excès cutané et de graisse localisé qui n’arrive pas partir même avec le sport et le régime.
La seule solution est la chirurgie.

Préparation à une brachioplastie

Déroulement de la (des) première(s) consultation(s) de chirurgie des bras

Il est très important d’établir le défaut et de comprendre le désir du patient. Selon l’importance de l’excès cutané, le chirurgien pourra effectuer une cicatrice très discrète et cachée dans le creux de l’aisselle ou une cicatrice plus longue et plus visible le long de la partie intérieure du bras. La lipoaspiration ne peut pas empêcher d’effectuer une cicatrice afin de retirer l’excès cutanée.

 

Recommandations pré-opératoires

La consultation avec l’anesthésiste est impérative.
Il faut interrompre la pilule une semaine avant et la consommation d’aspirine.
La cigarette peut rendre la cicatrisation difficile et causer des complications. Donc, il est important de suspendre la nicotine un mois avant et après l’intervention.

L’opération des bras

Déroulement de l’intervention de brachioplastie

Selon l’importance de l’excès cutané et le désir du patient, le chirurgien peut réaliser trois types de cicatrice afin de redraper la peau tombante.
La liposuccion est toujours réalisée afin de permettre un bon résultat esthétique et éviter les complications à la suite de l’endommagement du réseau lymphatique.

Cicatrice verticale : si l’excès cutané est proche de la racine du bras, le chirurgien avec une traction horizontale peut placer la cicatrice au niveau du creu de l’aisselle, en fixant la peau au tissu profond. Avec cette technique la cicatrice restera au niveau du creu.

Cicatrice horizontale : si l’excès cutané descend très bas, parfois jusqu’au genou, l’opérateur est obligé, avec une cicatrice verticale, le long du bras, intérieurement (comment la couture de la chemise).

Cicatrice en T : pour les cas les plus importants, souvent pour les patients ayant perdu beaucoup de poids, le chirurgien doit réaliser les deux cicatrices précédentes.

Douleurs liées à la chirurgie des bras

L’intervention n’est pas douloureuse

Durée de l’opération

Variable entre 2h et 3h selon la gravité de cas.

Suites opératoires d’une chirurgie des bras

Durée d’hospitalisation

Il est important que le patient ne reste pas immobile au lit. Donc il est prudent de rester à l’hôpital, pas plus d’une ou deux nuits.

 

Douleurs post-opératoires éventuelles

Pas de douleurs importantes, il sera au début difficile d’utiliser le membre supérieur.

 

Cicatrices éventuelles

Les cicatrices, surtout le long du bras, peuvent être visibles et de mauvaise qualité.

 

Les différentes étapes

Une fois sorti de l’hôpital, le patient, pendant les premières nuits, pourra être gêné au niveau des mains suite à l’œdème. Après la première semaine, il sera plus à l’aise et pourra effectuer les activités quotidiennes. Le sport devra attendre 6 semaines. Les cicatrices nécessiteront plusieurs mois avant de s’estomper.

 

Conseils post-opératoires et contre-indications

L’hygiène de la cicatrice est très importante et il est impératif de garder la cicatrice sèche. Il faut éviter les mouvements qui la mettent en tension.
Le sport est interdit pendant les premières 6 semaines.

Informations complémentaires sur la chirurgie des bras

Complications éventuelles

Parmi ces complications envisageables, il faut citer :

  • Les accidents thrombo-emboliques (phlébite, embolie pulmonaire), bien que globalement assez rares après ce type d’intervention, sont parmi les plus redoutables. Des mesures

préventives rigoureuses doivent en minimiser l’incidence : port de bas anti-thrombose, lever précoce, éventuellement traitement anti-coagulant.

  • La survenue d’un hématome, en fait assez rare, peut justifier une évacuation afin de ne pas risquer d’altérer secondairement la qualité esthétique du résultat.
  • La survenue d’une infection est favorisée par la proximité des orifices naturels (gîte microbien) et est prévenue par une hygiène pré et post-opératoire rigoureuse jusqu’à la cicatrisation complète. Son traitement peut faire appel à une prescription d’antibiotiques, et selon les cas, à une reprise chirurgicale, éventuellement un drainage. Elle peut parfois laisser des séquelles inesthétiques.
  • On observe parfois à partir du 8ème jour post-opératoire, la survenue d’un épanchement lié à un écoulement de lymphe et à un suintement de la graisse. La compression et le repos en constituent les meilleures préventions. Un tel épanchement doit parfois être ponctionné et il s’assèche en général sans séquelle particulière.
  • Un retard de cicatrisation est possible : il allonge les suites opératoires.
  • Une nécrose cutanée est parfois observée, en règle limitée et localisée. Les nécroses importantes sont, en fait, rares. Elles sont beaucoup plus fréquentes chez les fumeur(se)s, surtout si l’arrêt du tabac n’a pas été strictement respecté. La prévention de ces nécroses repose sur une indication bien posée et sur la réalisation d’un geste technique adapté et prudent, évitant toute tension excessive au niveau des sutures.
  • Des altérations de la sensibilité, notamment la diminution de la sensibilité de la partie haute de la face interne de la cuisse peuvent persister même si la sensibilité normale réapparaît le plus souvent dans un délai de 6 à 12 mois au décours de l’intervention.

Au total, il ne faut pas surévaluer les risques, mais simplement prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas.

Le recours à un Chirurgien Plasticien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requises pour savoir éviter ces complications, ou les traiter efficacement le cas échéant.

 

Prise en charge éventuelle par l’assurance maladie

Pour les grosses pertes de poids, sous condition d’une entente préalable, l’assurance maladie peut prendre en charge l’intervention.

 

Arrêt de travail éventuel

Entre 2 et 3 semaines selon l’activité requise.

Vous souhaitez bénéficier d’une brachioplastie à Paris ?

Prendre RDV avec le Dr Loreto

Brachioplastie : autres chirurgies de la silhouette à Paris